Covid-19 : Une cellule d’analyse de pratique en visio-conférence pour les travailleurs sociaux

Il y a ceux dont aujourd’hui on loue légitimement les compétences et tout autant leur courage, les personnels de santé, en premières lignes dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19. Leurs efforts sont immenses, nous leur exprimons notre infinie gratitude.

Il y a ceux dont peu à peu on découvre, à l’occasion de cette grave crise sanitaire, combien ils nous sont précieux. Ils occupent ces emplois peu rémunérés car peu qualifiés et pourtant, force est de constater que sans leur labeur on ne pourrait satisfaire à nos besoins de première nécessité; nous pensons aux transporteurs, livreurs, coursiers, agents d’entretien, aide-ménagères, aides à domicile, aux caissières, aux artisans…

Et puis, il y a ceux dont on parle pas, ou très peu, ce sont les travailleurs du social, dit “travailleurs sociaux”, désignation qui comprend nombre de métiers, de fonctions, de réalités mais qui ont pour point commun d’accompagner les plus vulnérables d’entre nous. Or que cette vulnérabilité soit ponctuelle ou qu’elle s’inscrive dans la durée, le rôle du travailleur social est de se tenir face à autrui et de s’en sentir responsable.

Des équipes mobilisées pour prendre soin

Au moment où s’écrivent ces mots, des assistantes sociales, des AMP, des moniteurs éducateurs, des éducateurs, des CESF, des paramédicaux, des psychologues, des chefs de services, des responsables d’établissements (et tant d’autres !) sont à pied d’œuvre pour que se poursuivent l’accueil, l’accompagnement, l’hébergement et les soins des personnes en situations de handicap, des personnes âgées, des personnes en situation de grand précarité, des sortants de prison, des réfugiés, des enfants et adolescents ne bénéficiant pas d’une niche sensoriel et affective suffisamment sécurisante, pour reprendre une expression de Boris Cyrulnik, “pour croître et s’épanouir”…

Nous pensons à eux, à ceux avec qui nous formons une communauté d’existence, aux personnels des MAS, des FAM, des Foyers de vie, des ITEP avec internat, des hôpitaux de jour, des EPHAD, des CHRS, des maisons relais, des CADA, des HUDA, des MECS, etc. qui se démènent pour que continue au mieux la vie.

Si nombre d’entre vous témoignent d’une certaine anxiété d’être quotidiennement auprès de ceux dont on dit qu’ils sont les plus susceptibles d’être porteur du redoutable ennemi invisible – Il n’est pas aisé de quitter son chez soi et les siens lorsque que les autorités vous exhortent, pour votre santé et la leur, à y rester ! Pourtant, vous êtes à votre poste.

Notre soutien aux travailleurs sociaux

Plus que jamais les espaces de parole que représentent l’analyse des pratiques et la supervision, seraient nécessaires. Pourtant, pour des raisons d’organisation, de roulement du personnel, tout investit dans le “faire” et le “être avec le public”, les institutions ont été contraintes de suspendre les séances prévues de l’analyse de la pratique.

Si plusieurs établissements, en particulier dans le champ de la protection de l’enfance, nous ont interpellés au début du confinement pour que coûte que coûte nous maintenions les séances, “tant nos équipes en ont besoin !”, ce souhait a été contrarié par une contrainte administrative : “les établissements ont l’obligation de ne laisser entrer aucune personne étrangère au service”.
C’est non sans frustration que nombre de praticiens de l’analyse de la pratique se voient contraints de devoir abandonner les groupes qu’ils animent d’ordinaire.

>> C’est la raison pour laquelle l’équipe d’Epsilon Mélia souhaite être à vos côtés en cette période si particulière.
Nous pouvons vous accompagner aujourd’hui par vidéo conférence, outil on ne peut plus aisé à utiliser, en collectif ou en individuel. Il suffit pour cela de prendre contact avec nous via ce formulaire ou par téléphone (contactez Eric au 06 83 12 44 78) pour qu’ensemble nous déterminions un rendez-vous, du lundi au samedi, en journée comme en soirée !

Vous avez apprécié ce contenu ? Partagez-le !