Champ social et médico-social : ces initiatives qui nous réjouissent !

lieu intergénérationnel

Ça y est l’été est là, avec son grand soleil et sa dose d’optimisme ! Cette semaine, nous avions envie de partager avec vous quelques initiatives originales et positives qui ont attiré notre attention ce premier semestre 2021. Nous avions fait l’exercice en décembre 2019 avec Des projets inclusifs, intergénérationnels, solidaires qui mettent du baume au cœur dans ce champ social et médico-social souvent malmené, parent pauvre des moyens humains et matériels alloués. Voici donc 7 initiatives à retenir… pour les dupliquer ?

1. Une colocation pour personnes âgées, alternative aux Ehpad

Si l’idée n’est pas nouvelle, on peut saluer la multiplication en France de ce mode d’hébergement pour personnes âgées. Cette fois, c’est à Champignelles, dans l’Yonne, qu’ouvriront deux maisons dédiées le 20 juillet. Ces maisons de 380 m² pourront accueilleront 8 résidents chacune. Six auxiliaires de vie logeront sur place afin d’offrir une assistance 24h/24. Les avantages de la colocation entre personnes âgées sont multiples : autonomie préservée, aide quotidienne pour les repas, le linge, la toilette, le ménage, les déplacements, convivialité… Un vrai remède à la solitude !

2. Un chien pour aider à libérer la parole des enfants maltraités 

Orko, c’est le nom du chien assistant judiciaire de la police de Montargis et d’Orléans. Ce golden retriever de 2 ans a pour mission de faire parler les enfants. Comment ? Par sa présence rassurante qui déstresse les enfants et facilite leur mise en confiance. Ils peuvent alors plus facilement se confier. C’est le juge qui sollicite les services d’Orko et décide quand il doit intervenir. Le jeune chien a suivi une formation au sein d’une famille d’accueil puis dans un centre spécialisé qui forme également les chiens d’assistance aux aveugles ou aux personnes à mobilité réduite.

3. Le jeu pour améliorer le quotidien des enfants atteints de paralysie cérébrale

Mai 2021 au centre de réadaptation pédiatrique du centre Les Capucins, à Angers. Une méthode déjà validée chez les plus de 6 ans est testée sur des enfants de 1 an à 4 ans. On l’appelle Habit-Ile et elle est censée améliorer le quotidien des petits patients atteints de paralysie cérébrale. Il s’agit d’une rééducation intensive basée sur le jeu. Ce stage va durer deux semaines, soit 50 heures au total. Les enfants sont accompagnés par des kinésithérapeutes et des ergothérapeutes pour développer leur motricité et leur autonomie par des jeux variés. « L’enjeu de cette étude est de montrer l’intérêt d’une prise en charge intensive chez des patients plus jeunes, à un âge où la plasticité cérébrale est la plus importante », assure Mickaël Dinomais pour le journal Le Monde. Dix jours après le début du stage, les familles décrivent avec enthousiasme les progrès de leur enfant. Cela n’augure pas des résultats finaux de l’étude mais constitue un indicateur encourageant ! 

4. Des seniors et des adolescents placés réunis

Un lieu de vie qui réunirait adolescents placés et personnes âgées ? Quelle riche idée ! Eh bien, en Corrèze, l’association LIVE (Lieu Intergénérationnel de Vie Ensemble) a concrétisé ce projet en créant deux lieux d’accueil voisins : un pour les jeunes, un pour les seniors. La proximité des deux maisons facilite les échanges, tout comme les ateliers et les balades organisés en commun. « Les gens sont heureux de voir des jeunes, qui ne sont pas du tout l’image qu’on se fait d’eux quand ils sont en placement. » explique au micro de France Bleu Philippe Saint-Marcoux, fondateur de l’association à l’origine du projet. Autre effet positif de cette initiative : la revitalisation de Bonnefond, petit village rural de 110 habitants.

5. Un restaurant inclusif à Rouen

Le XXI est un nouveau restaurant de Rouen. Il a ouvert ses portes le 5 juillet. Sa particularité ? Il emploie 12 personnes porteuses de handicap (sur 15 salariés au total) : trisomie 21, troubles cognitifs, déficience intellectuelle. Cet ambitieux projet émane de l’association Trisomie 21 Seine-Maritime Rouen. Le restaurant fonctionnera avec une rotation par semaine de deux équipes de six personnes : trois en salle et trois en cuisine. Engagée, l’association vise à permettre à ces personnes en situation de handicap de travailler en milieu ordinaire, pour sortir du milieu protégé de travail (MPT).

6. Un village pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer

Il ne s’agit pas d’une structure d’accueil classique, mais bien d’un village où les activités de la vie quotidienne se poursuivent dans un espace ouvert sur l’extérieur. Cet Ehpad de la ville de Dax se compose d’une place centrale, avec salon de coiffure, supérette, brasserie, salle de sport et médiathèque. Il y a même un terrain de pétanque ! La configuration du lieu change radicalement de ce qu’on a l’habitude de voir en Ehpad classique. Unique en France, le Village landais a ouvert ses portes il y a déjà un an et accueille 110 villageois. « La prise en charge se focalise sur les capacités restantes des villageois, qu’elles soient motrices, cognitives, sociales, relationnelles, émotionnelles, en les mobilisant toute la journée. » explique Gaëlle Marie-Bailleul, psychogériatre et médecin référent du village. Des activités ont lieu tous les jours au village, comme cette thérapie par le voyage qui emmène les villageois à la rencontre de leurs souvenirs par la projection d’images des Landes.

Ce lieu exceptionnel et surprenant est décrit avec précision par Maxime Ricard dans la revue ASH.

Cet article pourrait vous intéresser
déconjugalisation allocation adulte handicape

7. Quand la communication touristique sensibilise au handicap

Sur l’impulsion du Fonds de dotation Kerpape, la campagne #DépayserVousEnBretagne lancée par la Marque Bretagne sensibilise touristes et habitants pendant l’été. Et cela donne une très belle campagne de destination détournée au service du handicap.

Le Fonds de dotation Kerpape, situé au centre mutualiste de Kerpape en Bretagne, a pour objectif de promouvoir des actions de mécénat et d’appel à la générosité afin d’encourager l’innovation dans le champ du handicap et de l’inclusion.

Tous ces projets novateurs au service de l’inclusion nous réjouissent par leur originalité, leur générosité et leur intelligence. Partageons-les au plus grand nombre pour que germent çà et là les graines semées par ces hommes et ces femmes exceptionnels.

Quelle est votre réaction ?
Étonnant
0
Intéressant
0
J'adore
0
J'aime
1
Je n'aime pas
0
Vous souhaitez commenter cet article ? Cliquez-ici

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée, il s'agit simplement de lutter contre le spam :)

← Revenir en haut