Contactez-nous 01 42 57 61 20 / 06 20 92 56 34     Suivez-nous

L’inceste, l’incestuel et les abus sexuels… travailler avec le douloureusement pensable

3 jours
Public

Tous les professionnels du champ social, médico-social

L’inceste, l’incestuel et les abus sexuels… travailler avec le douloureusement pensable

En France, une étude de l’INED (Institut National d’Études Démographiques) de 2015 avance que 5 % des femmes et un peu moins de 1 % des hommes de 20 à 69 ans ont été victimes de viol, de tentative de viol ou d’attouchements dans le cadre familial ou de l’entourage proche. Presque tous l’ont été (pour la première fois) entre 0 et 17 ans.
Les enfants et adolescents sont les premières victimes d’inceste !

Qu’est-ce que l’inceste ?

L’inceste est une agression à caractère sexuel commise par une personne sur une autre, au sein d’une même famille. Cette agression peut se manifester dès la naissance et se poursuivre ensuite durant l’enfance, l’adolescence et même jusqu’à l’âge adulte.

Techniquement, l’inceste peut se manifester par des attouchements et/ou pénétration, quelle qu’elle soit et que ce soit par organe sexuel, avec les doigts ou un objet. Les attouchements peuvent comprendre les baisers forcés, les actes de masturbation, l’exhibitionnisme, etc.

D’après la loi (Code Pénal), l’agresseur est un “ascendant” (père, mère, grand-parent, oncle, tante) “ou toute autre personne ayant une autorité de droit ou de fait sur la victime”, ce qui peut donc inclure les cousins et cousines ou les frères et sœurs.

La “famille” peut concerner les nouveaux modèles familiaux et ainsi inclure le beau-père / la belle-mère ou encore le conjoint d’un parent. Il ne s’agit pas forcément d’une personne ayant un “lien de sang” avec la victime.

Comment commence l’inceste ?

L’inceste commence le plus souvent par des actes qui peuvent sembler “moins graves” (séduction, regards, caresses) et s’installer peu à peu entre l’agresseur et la victime, ce qui emprisonne généralement cette dernière dans une relation de violence psychique extrêmement grave, même s’il n’y a pas de violences sexuelles à proprement parler.

Parfois, l’inceste peut survenir de façon brutale sans passer par cette phase d’installation progressive de la “relation incestueuse”.

Inceste ou “climat incestueux” ?

Le climat incestueux est un climat familial où aucune agression sexuelle physique n’est portée à l’enfant ou l’ado, cependant la victime se retrouve confrontée à la sexualité de l’adulte : visionnage de films pornographiques, attitudes ou propos déplacés, exhibitions forcée, etc.

L’inceste ≠ La pédophilie

Il faut distinguer l’inceste de la pédophilie. Si cette dernière est une perversion sexuelle d’un adulte envers un enfant, l’agresseur ne fait pas partie de la famille de la victime.

Toutefois, les études montrent que les enfants victimes de violences sexuelles commises par des adultes (hors cercle familial) se trouvent souvent dans le cercle de connaissance de l’agresseur et vice-versa : ami de la famille, professeur, voisin…

 INCESTEPÉDOPHILIE
AgresseurMembre de la famille, ascendant ou ayant une autorité de droit ou de fait sur la victimeAdulte, souvent appartenant au cercle de connaissance de la victime
VictimeEnfant, adolescent ou adulte. Souvent entre 0 et 17 ans pour les premières agressions constatéesEnfant

Reconnaître les symptômes post-traumatiques chez les victimes d’inceste

L’impact traumatique chez les victimes d’inceste peut être dévastateur.
Repérer les symptômes permet une prise en charges des victimes plus rapide et appropriée afin de les accompagner du mieux possible dans leur reconstruction, même plusieurs années après les faits.

Symptômes chez les enfants victimes d’inceste :

  • Désintérêt pour les jeux.
  • Difficultés à l’école ou phobie scolaire.
  • Énurésie (pipi au lit) ou encoprésie (incontinence fécale) après apprentissage complet de la propreté.
  • Troubles du sommeil : cauchemars, terreurs nocturnes.
  • Méfiance et agressivité envers les adultes.
  • Signes dépressifs, anxiété.
  • Perte de l’estime de soi, culpabilité, honte.
  • Sexualisation en décalage par rapport à l’âge de l’enfant.

Symptômes chez les adolescents et adultes victimes d’inceste :

  • Signes dépressifs, anxiété.
  • Tentatives de suicides.
  • Scarification, brûlures.
  • Phobies.
  • Conduites à risque : délinquance, marginalité, prostitution, toxicomanie.
  • Perte de l’estime de soi.
  • Sexualité perturbée voire absence de sexualité ou hyper sexualisation.
  • Troubles alimentaires : anorexie, boulimie.

Cette liste non exhaustive peut bien évidemment varier d’un cas à l’autre. À l’inverse, une personne qui présente plusieurs de ces symptômes n’a pas nécessairement été victime d’inceste au cours de sa vie.

Suivre une formation sur l’inceste

Il revient aux professionnels des milieux sociaux, médico-sociaux et éducatifs de repérer les symptômes et de les analyser afin que la question des agressions sexuelles / de l’inceste soit posée.
Cette formation permettra aux professionnels de mieux appréhender l’inceste et les climats incestueux pour venir en aide aux victimes de ces agressions sexuelles.

Objectifs

  • Donner une définition de ce que l’on nomme « l’Interdit de l’Inceste » comme donnée anthropologique universelle
  • Repérer et identifier un climat incestuel, et quand il y a passage à l’acte
  • Repérer et identifier les comportements et les symptômes des victimes d’inceste
  • Dégager des profils d’agresseur
  • Repérer les mécanismes psychiques et somatiques des professionnels confrontés à des situations traumatiques, tel l’inceste
  • S’interroger sur la prise en charge des victimes

Méthode

  • Apports théoriques
  • Echanges à partir de situations apportées par les participants
  • Travail de réflexion à partir d’extraits de films

Intervenant

Cette formation est animée par un psychologue clinicien

 

 

Contenu de la formation

Définition et étymologie : « l’interdit de l’inceste »

  • Une loi réelle et symbolique représentative du passage de « la nature à la culture » (Claude Levi Strauss)
  • Inceste, négation, perversion et dénaturation du mouvement de la vie ?
  • Du fantasme incestueux au traumatisme de l’inceste, de Freud à Ferenczi

Des repères pour identifier un système (familial) perverti

  • Repérer un climat incestuel et ses différences avec le passage en acte de l’inceste
  • Les injonctions paradoxales : un enjeu de vie ou de mort ?
  • Des systèmes au fonctionnement régi par des lois qui érigent « l’anormalité en norme »
  • Des généalogies maudites et mortifères : l’approche transgénérationnelle
  • Abus sexuels et répétitions traumatiques et/ou « de l’identique »

Les victimes d’inceste quels comportements, quels symptômes et quels profils psychopathologiques

  • La répétition traumatique et/ou de l’identique, le processus de victimisation et la question de l’emprise
  • Le processus d’identification à l’agresseur
  • Un discours ambigu ou une absence de mot ? (De l’amnésie à l’hypermnésie ?) Comment éviter de chercher à démêler le vrai du faux dans le discours de la victime ?
  • Du clivage traumatique et de l’effet de sidération à l’hystérisation des affects
  • Inceste et image du corps propre (exemple = que nous disent les dessins d’enfants ?)

Du côté des agresseurs

  •  Une clinique de l’agir « esclave d’une quantité d’excitation traumatique »
  • Le rapport des agresseurs à l’interdit de l’inceste
  • Perversion et perversité : comportements et profils psychopathologiques des auteurs d’agressions sexuelles sur mineurs
  • La question de l’inceste fraternel : un évitement de l’inceste parents/enfants ?
  • Ne pas croire à l’impensable : mères complices, mères aveugles ou aveuglées ?
  • « L’Ultime tabou » (Anne Poiret) : l’inceste mère/enfant et la question des « nursings abusifs », vers des soins pervertis et pervertissant

Les professionnels face aux abus sexuels

  • Repérer ses mécanismes psychiques et somatiques et travailler avec ses ressentis intimes, organiques et psychiques face à des situations traumatiques
  • Nos résistances face à l’inceste
  • La question de la complicité face à l’inceste : signalement et levée du secret professionnel
  • Comment se désengluer d’un système perverti par la transgression de l’interdit de l’inceste : la question du tiers, des limites

Prises en charges des victimes

  • Comment prendre en charge la souffrance des victimes d’abus sexuels (posture, attitude professionnelle, médiation etc.) : vers un cadre contenant et sécurisant ?
  • Aider les victimes à se réapproprier leur corps et leur image propres
  • Redessiner les contours d’espaces intimes et psychiques béants
  • Comment composer avec les agresseurs